tableau de météo personnel outil utile en rh pour la Qualité de vie au travail

Jeu 12 – La Météo personnelle

19 novembre 2020

Envie de vous parler de cet icebreaker en écho à l’animation de celui-ci à distance avec un groupe d’étudiants, dont quelques participants qui ayant mal entendu les consignes, la visio, les problèmes techniques, toussa toussa, nous ont donné la météo qu’il faisait chez eux. On a tous bien ri.

Effectivement la météo était mouvementée et nuageuse ce jour là dans le ciel 🙂

Ce n’est pas un point Evelyne Dhéliat même si le nom de cet icebreaker prête à sourire, il s’agit bien là de prendre la température d’un groupe, l’humeur d’une équipe avant de commencer.

Mais c’est quoi la météo personnelle ?

Très utile pour démarrer un séminaire, nous commençons très souvent les nôtres par la météo personnelle. L’intérêt est dans un premier temps de montrer que la parole sera libre dans le temps fort à venir, qu’on peut parler d’une choses personnelle comme son humeur actuelle. Elle a toute sa place en début d’atelier ou de séminaire. On permet aux participant·es de créer du lien dès le départ, en entrant dans le vif du sujet et s’évitant les small talk. Et dans un second temps, ça peut soulager de le dire et de l’entendre. Ainsi par la suite on peut mieux comprendre pourquoi Jean Pierre accueille plutôt mal telle info lors d’un projet, ou pourquoi Camille est enjouée pour telle activité. On gagne en empathie sur ses collaborateur·rices. On permet également de rappeler par ce jeu que l’être humain n’est pas un automate, il est donc fluctuant pour plein de raisons, des émotions le traversent et c’est bien de les accueillir. Si cela ne fait pas partie de la culture d’entreprise ni des habitudes des participant·es de prendre du temps pour soi, c’est le moment. C’est un outil qui permet de s’écouter. On vous partage différentes façons de le mettre en place.

– La météo personnelle, version pop corn

Qui dit pop corn dit que c’est partagé un peu à l’emporte pièce, pas de sens précis, chacun·e prends la parole quand il le souhaite et donne sa météo personnelle en 1 phrase ou 2. En rond ou autour de la table, un par un va partager au groupe sa météo et tout le monde doit y passer. Parfait pour un petit groupe si vous voulez faire partager le groupe en entier. Si le groupe et plus grand, faire des équipes ou faire le tour des tables s’ils sont en format ilôts de travail, ou encore en format théâtre juste avant une conférence, faites levez les participant·es et demandez leur d’aller la partager avec la première personne qu’ils croisent. Enfin, avec les grand groupes, s’il y a un·e facilitateur·rice pour l’atelier, chacun·e peut venir poser un post-it avec un mot clé ou dessin sur le mur et il/elle fera une synthèse un peu de tout ce qui est posé.

– La météo personnelle, version cercle d’inclusion ( ou marguerite )

Adapté aux petits groupes de 10 comme pour un grand groupe de 50, former 2 cercles l’un dans l’autre, de sorte que le cercle intérieur regarde le cercle extérieur et que chaque personne à l’intérieur, a face à elle une personne du cercle extérieur. Si ce n’est pas clair, voici un exemple en vidéo lors d’une de nos Rencontres Femmes. Mettre le chrono sur 1min, le cercle intérieur débute en finissant cette phrase  « Actuellement je me sens … parce que …» et le cercle extérieur doit écouter sans interrompre. Puis on remet le chrono à 1min et on inverse les rôles. Cet icebreaker d’inclusion s’inscrit en général sur un temps d’introspection un peu plus long. Pour prolonger, tout le cercle extérieur fait un pas à gauche pour changer de binôme, vous conservez la minute et reformulez une nouvelle phrase à compléter “Depuis le début de la semaine, ce qui m’a mis·e en joie c’est …”, “Les personnes que je connais bien ou avec qui j’ai du lien dans la salle sont…”, “Ce que j’attends de ce séminaire c’est…”, “Depuis le début de l’année ma plus belle victoire c’est…”. L’atout de rythmer avec le chrono, c’est que l’on gagne en dynamique sur un grand groupe.

– La météo personnelle, version photolangage

Mettre au sol ou sur une table une 20aine d’images ( ou plus si vous le souhaitez ) et chacun individuellement en choisit une, celle qui lui parle le plus, en silence. Quand tout le monde a choisit, chacun·e donne le pourquoi de son choix, en quoi c’est lié à son humeur actuelle. Où aller chercher des images impactantes ? Pinterest regorge de belles images, tous les sites d’images libre de droit naturellement comme Unsplash ou Pixabay par exemple, des sites qui proposent des fonds d’écran, ou des plateformes de photographes comme Stockup

Que choisir?
Il faut un panachage d’images car naturellement nous ne sommes pas tous dans la même émotion ou humeur de l’instant. Il faut donc faire un panel de paysages urbains comme ruraux, des personnes en actions, seules ou à plusieurs, des images métaphoriques, des objets, images de météo aussi ( oui on peut être nuage ou soleil le matin ), des focus animaux/végétaux/minéraux…

– La météo personnelle, version Dixit

Dixit est un des jeux de cartes le plus répandu ces dernières années dans les soirées en famille ou entre ami·es. C’est un jeu de carte très imagé et illustré, ou le réalisme côtoie l’imaginaire et ainsi on laisse la place à plus de légèreté que le réalisme des photos. Et plus de place à l’interprétation également, qui est l’un des objectif du jeu de carte. Etaler le jeu de carte au sol sur une table et chacun·e individuellement en choisit une, en silence. Quand tout le monde a choisit, il/elle montre la carte qui lui a le plus parlé et partage pourquoi. Si vous n’avez pas le jeu de carte, il est possible d’en trouver ici sur  https://www.pinterest.fr/pin/373165519107713847/ Libre à vous d’en imprimer une 20aine.  Il n’est pas rare avec cette version météo Dixit qu’une fois le partage fait, d’autres partagent ce qu’ils avaient vu dans ces illustrations en réponse aux participant·es, ou comment eux l’interprètent, ce que ça leur évoque… Cela peut d’ailleurs aussi faire l’objet d’une prolongation de l’icebreaker, en partageant les images ou souvenirs qui nous viennent à l’esprit et offrir aux autres une information personnelle que le groupe ne connaît pas ou peu.

– La météo personnelle, version affiches de film 

Cette météo là nous l’avons expérimentée lors d’un CODEV dont nous faisions l’objet et on a tellement kifé qu’on vous le partage. Les films c’est non seulement plus léger mais c’est aussi une interprétation très personnelle car on a tous une histoire, une émotion avec un film. Parfois même le titre se suffit à lui même. L’animation est toujours sur le même principe que pour les Photos ou Dixit. Le but est de faire un choix vaste volontaire sur les catégories de film et les années de sorties. Quelques exemples ici  ou bien encore . Et il peut lui aussi être prolongé, par expérience personnelle, sur des souvenirs évocateurs. Car les films peuvent parfois nous accompagner sur des tranches de vies et rappeler des souvenirs d’enfance, jeune adulte, de carrière, d’une émotion forte, d’un moment de vie précis…

– La météo personnelle, version funky music

Dans l’esprit de la météo pop corn il n’y a pas de sens précis. Chacun·e prends un temps de son côté pour trouver une musique qui illustre sa météo personnelle. Un par un, les membres de l’équipe vont partager au groupe sa musique parce que c’est celle du moment sur son téléphone, celle dont le titre lui parle, ou qui génère une émotion proche de son humeur… bref c’est un peu le même principe que les affiches de film. Les musiques peuvent évoquer beaucoup de choses. Libre aux participant·es de faire écouter sur le téléphone, de la chanter, la fredonner ou juste donner le titre de la chanson et ça peut donner un icebreaker très sympa et fun

 – La météo personnelle, à distance

Et bien oui, il serait difficile actuellement de ne pas vous proposer la version à distance. D’autant que la situation peut bousculer un peu et une journée peut voir un vrai charivari d’émotions débouler. Et les équipes sont parfois à distance sur la France, il peut donc être bon de commencer par ça pour libérer la parole. Elles sont presque toutes réalisables à distance elles demandent juste de l’ajustement et des outils. La version pop corn rien de plus simple, mais elle fonctionne que si le groupe n’est pas à plus de 10 personnes, sinon ça peut être long. Pour les grands groupes, on peut recréer un semblant de cercle d’inclusion, pour cela il faut prévoir des sous groupes dans Zoom ou Teams par exemple et mettre les personnes par 4 ou 6 grand maximum.

Une autre possibilité est d’utiliser Klaxoon, pas de prise de parole mais des images, dessins, selfies…

L’humeur du jour dessiné et un partage de coup de cœur de la semaine en complément, du détail, des photos, des vidéos du quotidien de l’entreprise
La version émoticônes. C’est un peu comme des images, libre aux participants d’interpréter si le curseur est sur la pluie, le soleil, venteux et nuageux ou à l’orage
Et ça peut donner du soleil beau fixe pour la plupart, le partage tourne autour des attentes de l’atelier à venir et l’envie et la joie d’être là

Pour la version photo, Dixit ou affiches de films vous pouvez aussi les disposer sur un board de Klaxoon, il suffit ensuite de copier l’image que l’on a choisit pour la poster en son nom. Autre possibilité, créer une planche d’images ou en disposer plusieurs sur un slide ppt et partager son écran pour que chacun·e fasse son choix.

Les conditions pour que ça fonctionne

Une écoute réelle, sans interrompre ou rebondir sur le partage de l’autre, permet de savoir dans quelle condition les personnes sont et accueillent les informations par la suite. Il n’y a aucun commentaire à émettre, sinon vous brisez le cercle de confiance et le risque est de ne plus oser partager ce que chacun·e ressent.

En profiter pour faire une introspection sincère. Pris par dessus la jambe ou à la rigolade, c’est dire aux autres que l’on ne veut pas être en lien avec eux. Soyez vrai et en accueille avec l’émotion qui vous traverse. Certes, vous vous dévoilez un peu, mais les autres vous font une preuve de confiance en le faisant. Acceptez le cadeau, et faites en un en retour.

On n’en fait pas un moment lourd, ni le moment d’introspection chez le psy, l’idée n’est pas de s’épancher et de parler de ses problèmes, ce n’est pas un groupe de parole. C’est un éclairage sur son humeur pour les autres, pour qu’il comprennent pourquoi on ressent telle émotion.

Les bénéfices

Créer un espace de confiance et admettre que les individus sont faits d’émotions. On ne leur demande pas de les mettre à la porte ou de les nier, on fait un scan pour soi et c’est reposant quand on prend le pli de le faire régulièrement. On accueille les émotions et les fait entrer doucement dans les relations en entreprise, c’est ce que l’on appelle l’intelligence émotionnelle. Etre capable de nommer les émotions chez soi et les détecter chez les autres.

On vous partage également des éclairages et idées du cabinet Co & cie qui suggère de le faire avant chaque réunion et tous les bénéfices à en tirer d’en faire un rituel avant les projets, les regroupements de travail => Le Check-In de Co & cie

Et pourquoi pas tous les jours ? C’est vrai après tout, prendre ce temps pour soi de savoir “comment je vais aujourd’hui?” c’est telle humeur ce matin, c’est ok, j’avance.” C’est être en accord avec ses émotions et les laisser nous traverser quel que soit le lieu où nous sommes. Elles sont juste un état à un moment donné. Elles ne nous caractérisent pas. Et on laisse tomber ce fameux mythe de la vitrine commerciale en entreprise, ce masque que l’on porte quand on refoule ses états émotionnels. Parce que ” je suis une personne au boulot et une autre à la maison”, nous on n’y croit pas. Si le cadre dans lequel on travaille autorise d’être humain, alors on sera soi même. Si on ne l’est pas, il faut se questionner sur le cadre de travail, ou le relationnel/management est il bon dans l’équipe ? Et dans ce cas, c’est un tout autre sujet.

 Un moment de déclusion 

Pour conclure un séminaire ou atelier, on peut aussi redemander la météo en faisant un tour de table. Cela a du sens si au moment de l’inclusion il y avait des doutes, des questionnements, des inquiétudes en lien avec le sujet du séminaire ou de quoi allait traiter l’atelier. Autre possibilité, avec les images du début, de film, ou de dixit n’importe, en cercle chacun attribue une carte à son/sa voisin.e de droite et partage pourquoi en lien avec ce qu’il a vécu dans l’atelier avec ce·tte collaborateur·rice.

Dans la même catégorie

19 Juil 2020 Jeu 11 – Dessine moi un badge

Envie de vous parler de cet icebreaker en écho à l'animation de celui-ci à distance avec un groupe d'étudiants, dont...